Souvenirs du futur: du temps de l'art

Barikin, Amelia (2013). Souvenirs du futur: du temps de l'art. In Emma Lavigne and Pierre Huyghe (Ed.), Pierre Huyghe (pp. 213-216) Paris, France: Centre Georges Pompidou.

Attached Files (Some files may be inaccessible until you login with your UQ eSpace credentials)
Name Description MIMEType Size Downloads
Author Barikin, Amelia
Title of chapter Souvenirs du futur: du temps de l'art
Translated title of chapter Memories of the future: on the time of art
Language of Chapter Title fre
Title of book Pierre Huyghe
Language of Book Title eng
Place of Publication Paris, France
Publisher Centre Georges Pompidou
Publication Year 2013
Sub-type Research book chapter (original research)
ISBN 9782844266217
Editor Emma Lavigne
Pierre Huyghe
Start page 213
End page 216
Total pages 4
Language eng
fre
Formatted Abstract/Summary
[…] « Je m’intéresse à la vie de l’image, à la manière dont une idée, un artefact, un langage peuvent s’écouler dans la réalité contingente, biologique, minérale, physique. L’ensemble d’opérations topologiques n’est pas exposé à un public, mais un témoin sauvage s’y expose » […]

Le temps de l’art n’est pas comparable au temps du musée, à la durée d’un film ou au temps de trajet pour aller travailler, même s’il contient tous ces éléments à la fois. Le temps de l’art est phénoménologique, car lié à l’expérience d’une oeuvre d’art ressentie dans l’espace et le cours du temps, mais il est aussi moléculaire, structurellement enchâssé dans le mécanisme de l’oeuvre et la durée de son exposition. La question ne porte donc pas seulement sur « la nature » du temps de l’art, mais sur son « moment » : quand le temps de l’art a-t-il lieu ? Ou encore, pour citer Huyghe, « pourquoi une exposition ne durerait-elle pas toute une vie ou n’aurait-elle pas une existence intermittente? » Le rapport changeant de l’art au temps – modulé dans la prolifération de projets temporaires, de situations sans fin, de relations événementielles et de formes dialogiques – est le reflet de la polyphonie temporelle de la contemporanéité...

...Pierre Huyghe says, ‘I'm interested in the vital aspect of the image, the way an idea, an artifact, a language can leak into the contingent, the biological, mineral, physical reality. The set of topological operations is exposed not to an audience, but to a savage witness.’ In The Invention of Morel, both the narrator and the reader of the story are witnesses to precisely such an exposure. Arriving into a situation (we might call it a living or vital image) where the parameters are already set, where accidents are made to resemble scripts and where operations ‘do not need to be learned and played, but still are not improvised’, the witness is immediately implicated in an alternate temporal matrix. On Morel’s island, as in Huyghe’s works, time is volatile. Looping back on itself, time folds and unfolds, multiplies and disperses. What is at stake is a contemporary vision of temporality that in turn evokes the question: what is the time of art?...
Q-Index Code BX
Q-Index Status Confirmed Code
Institutional Status UQ
Additional Notes "Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition de Pierre Huyghe présentée au Centre Pompidou, Paris, Galerie Sud, du 25 septembre 2013 au 6 janvier 2014".

 
Versions
Version Filter Type
Citation counts: Google Scholar Search Google Scholar
Created: Tue, 08 Oct 2013, 19:12:14 EST by Amelia Barikin on behalf of School of Communication and Arts